Neuchâtel (Canton)

Référentiel

Code

CH-NE Carte de Neuchâtel (Canton)

Note(s) sur la portée et contenu

Note(s) sur la source

Note(s) d'affichage

Termes hiérarchiques

Neuchâtel (Canton)

Terme générique SUISSE

Neuchâtel (Canton)

Termes équivalents

Neuchâtel (Canton)

Termes associés

Neuchâtel (Canton)

307 Description archivistique results for Neuchâtel (Canton)

5 résultats directement liés Exclure les termes spécifiques

2ème + 3ème étape transformation de l'usine

Dossier contenant divers documents dont notamment :

32 : vitrerie ;
33 : stores à lamelles ;
36 : palans ;
41 : portes spéciales ;
52 : peinture ;
53 : revêtement de sols ;
54 : revêtement plafonds ;
71 : nettoyages ;
72 : amortisseurs ;
calories.

2ème + 3ème étape transformation de l'usine

Dossier contenant divers documents dont notamment :

Correspondance entreprises métrés I :

  • II : maçonnerie ;
  • 012 : plans financiers ;
  • 13.1 charpente métal ;
  • 13.2 charpente bois ;
  • 14 : couverture eternit ;
  • 15 : ferblanterie ;
  • 016 : rapports de chantier ;
  • 21.1 : électricité ;
  • 21.2 : fourniture lustrerie ;
  • 21.3 : courant faible ;
  • 22 : chauffage ;
  • 23 : ventilation ;
  • 24 : sanitaire ;
  • 31.1 : menuiserie extérieur métal ;
  • 31.2 : menuiserie extérieur bois.

Administratif divers

Dossier contenant divers documents dont notamment :

  • doubles bons de paiement ;
  • rapports de chantier ;
  • reconnaissances provisoires ;
  • liste des entreprises.

Administratif divers

Dossier contenant divers documents dont notamment :

  • décomptes entreprises 1ère étape ;
  • statistiques ;
  • honoraires architectes.

Agrandissements + extension divers

Dossier contenant divers documents dont notamment :

  • 7707 : 1er projet extension usine 1974 ;
  • 7707 : agrandissement dépôt + plans ;
  • 7709 : expertise tennis couvert + plans ;
  • 7710 : extension usine 5ème étape + plans ;
  • offres d'entreprises diverses .

BILLETER Béate et Maurice

  • 0120
  • Fonds
  • 1827 ; 1936-1995

Archives techniques (plans et dessins relatifs à projets, concours, etc., surtout de villas individuelles et quelques bâtiment scolaire, public ou religieux, dans le Canton de Neuchâtel) et quelques pièces personnelle ou professionnelle (correspondance, diplômes, documents administratifs), et d'enseignement (cours à l'Université populaire neuchâteloise).

Maurice Billeter

Bazar Loclois, à Le Locle

  • 0001.04.0602
  • Dossier
  • 3.1937
  • Fait partie de HELD

Dessins Held N°: 6516. Aménagement du magasin : plans, élévations intérieures; banques, devantures

Boxes Services Industriels, à la Chaux-de-Fonds

  • 0143.04.0035
  • Dossier
  • 28.07.1961 - 01.06.1962
  • Fait partie de GAILLARD André

Il d'agit de la construction de douze boxes à voiture. Dossier complet, avec plan de situation, extraits du cadastre et plans d'execution, échelles 1:100 / 1:500 / 1:50 / 1:20. Un calque a souffert de l'humidité (traces de moisissures).

OBJET : Construction de douze boxes à voiture.

Bureaux Dixim

  • 0001.04.0753/06
  • Pièce-
  • [s.d.]
  • Fait partie de HELD

bureau : plan

Caracteres S.A. à Neuchâtel

Dossier contenant de très nombreux documents dont notamment :

  • plans divers de situation (reproductions, échelle 1:100-1:500) ;
  • plans et coupes divers de réalisation (reproductions, échelle 1:20-1:100) ;
  • plans et coupes de détails divers (reproductions, échelle 1:5-1:50) ;
  • croquis et schémas divers ;
  • correspondances diverses ;
  • devis, soumissions ;
  • autres...

Centre de Jeunesse Le Louverain, aux Geneveys-sur-Coffrane

  • 0143.04.0084
  • Dossier
  • 30.01.1959 - 08.11.1966
  • Fait partie de GAILLARD André

Dossier complet, répartis en 4 rouleaux. Les détails de menuiserie occupent 1/4 du dossier. Les documents datant de 1959 à 1961 sont ceux de l'élaboration et d'avant-projet, tandis que le projet définitif est formé des pièces datées de 1963 à 1966. Echelles 1:1000 / 1:200 / 1:50 / 1:20 / 1:20 / 1:10 / 1:1.

OBJET : Centre de l'Eglise réformée neuchâteloise composé de trois bâtiments articulés en équerre (un bâtiment principal et deux annexes) avec deux ailes de plan rectangulaire de part et d'autre d'un élément central de plan carré. Celui-ci, plus élevé que les ailes, donne au centre sa silhouette caractéristique avec une couverture à deux versants aménagés à la manière du tetraèdre-berlingot (l'arête possède elle-même une forte pente). De manière générale, les parties centrales des trois bâtiments sont destinées à un usage communautaire (le bâtiment principal comporte une chapelle) et possèdent trois niveaux (sous-sol, rez et galerie), tandis que les ailes (deux niveaux) sont occupées par les dortoirs, logements des employés et du pasteur ainsi que par les salles de bains. Il existe deux projets pour Le Louverain, le premier au Hauts-Genevey, le second au Geneveys-sur-Coffrane.

Centre scolaire des Coteaux, à Peseux : coupes et plans

Ce projet, construit sur un site en pente, est divisé en plusieurs parties. Il a fait l'objet d'un développement par étapes et propose un fractionnement de la construction en fonction du programme scolaire, les différentes activités liées à l'enseignement recevant chacune un corps bâti indépendant: école générale, école ménagère, classes enfantines, gymnase. L'ensemble de la parcelle se voit ainsi structuré en diverses terrasses articulées en un système complexe de venelles, de placettes arborées et d'escaliers, dont le caractère général est organique (v. plan masse). Ce parti a le mérite d'éviter les volumétries massives et élevées, favorisant ainsi une intégration discrète dans le site et autorisant des vues panoramique ou biaises aux bâtiments successifs. Les façades, par l'expression de la structure et certains détails constructifs, ne sont pas sans rapport avec l'architecture d'A. Perret, ce qui est insolite par rapport au plan masse organique et à la volumétrie qui s'intègre dans la géographie du site. Le centre sportif est composé d'un grand corps plat semi-enterré et d'une palestre extérieure. La strucure portante de cette salle est composée de poutres précontraintes qui s'appuient côté nord sur le mur de soutènement et côté sud sur des piliers extérieurs, la façade étant largement ouverte sur l'extérieur. Il est intéresant de constater que le rythme des subdivisions des fenêtres est alterné par rapport aux piliers porteurs. Auguste Perret, que Maurice Billeter revendique comme maître, ne recourre jamais à ce disposotif, qui sera par contre largement utilisé par Le Corbusier lequel le développera jusqu'à une totale indépendance des deux systèmes.

Centre scolaire des Coteaux, à Peseux : dossier d'exécution

Dossier d'exécution avec détails constructifs (1/20, 1/10 et 1/1), quelques calques détériorés. Ce projet, construit sur un site en pente, est divisé en plusieurs parties. Il a fait l'objet d'un développement par étapes et propose un fractionnement de la construction en fonction du programme scolaire, les différentes activités liées à l'enseignement recevant chacune un corps bâti indépendant: école générale, école ménagère, classes enfantines, gymnase. L'ensemble de la parcelle se voit ainsi structuré en diverses terrasses articulées en un système complexe de venelles, de placettes arborées et d'escaliers, dont le caractère général est organique (v. plan masse). Ce parti a le mérite d'éviter les volumétries massives et élevées, favorisant ainsi une intégration discrète dans le site et autorisant des vues panoramique ou biaises aux bâtiments successifs. Les façades, par l'expression de la structure et certains détails constructifs, ne sont pas sans rapport avec l'architecture d'A. Perret, ce qui est insolite par rapport au plan masse organique et à la volumétrie qui s'intègre dans la géographie du site. Le centre sportif est composé d'un grand corps plat semi-enterré et d'une palestre extérieure. La strucure portante de cette salle est composée de poutres précontraintes qui s'appuient côté nord sur le mur de soutènement et côté sud sur des piliers extérieurs, la façade étant largement ouverte sur l'extérieur. Il est intéresant de constater que le rythme des subdivisions des fenêtres est alterné par rapport aux piliers porteurs. Auguste Perret, que Maurice Billeter revendique comme maître, ne recourre jamais à ce disposotif, qui sera par contre largement utilisé par Le Corbusier lequel le développera jusqu'à une totale indépendance des deux systèmes.

Centre scolaire des Coteaux, à Peseux : décompte général

Ce projet, construit sur un site en pente, est divisé en plusieurs parties. Il a fait l'objet d'un développement par étapes et propose un fractionnement de la construction en fonction du programme scolaire, les différentes activités liées à l'enseignement recevant chacune un corps bâti indépendant: école générale, école ménagère, classes enfantines, gymnase. L'ensemble de la parcelle se voit ainsi structuré en diverses terrasses articulées en un système complexe de venelles, de placettes arborées et d'escaliers, dont le caractère général est organique (v. plan masse). Ce parti a le mérite d'éviter les volumétries massives et élevées, favorisant ainsi une intégration discrète dans le site et autorisant des vues panoramique ou biaises aux bâtiments successifs. Les façades, par l'expression de la structure et certains détails constructifs, ne sont pas sans rapport avec l'architecture d'A. Perret, ce qui est insolite par rapport au plan masse organique et à la volumétrie qui s'intègre dans la géographie du site. Le centre sportif est composé d'un grand corps plat semi-enterré et d'une palestre extérieure. La strucure portante de cette salle est composée de poutres précontraintes qui s'appuient côté nord sur le mur de soutènement et côté sud sur des piliers extérieurs, la façade étant largement ouverte sur l'extérieur. Il est intéresant de constater que le rythme des subdivisions des fenêtres est alterné par rapport aux piliers porteurs. Auguste Perret, que Maurice Billeter revendique comme maître, ne recourre jamais à ce disposotif, qui sera par contre largement utilisé par Le Corbusier lequel le développera jusqu'à une totale indépendance des deux systèmes.

Centre scolaire des Coteaux, à Peseux : photos

Ce projet, construit sur un site en pente, est divisé en plusieurs parties. Il a fait l'objet d'un développement par étapes et propose un fractionnement de la construction en fonction du programme scolaire, les différentes activités liées à l'enseignement recevant chacune un corps bâti indépendant: école générale, école ménagère, classes enfantines, gymnase. L'ensemble de la parcelle se voit ainsi structuré en diverses terrasses articulées en un système complexe de venelles, de placettes arborées et d'escaliers, dont le caractère général est organique (v. plan masse). Ce parti a le mérite d'éviter les volumétries massives et élevées, favorisant ainsi une intégration discrète dans le site et autorisant des vues panoramique ou biaises aux bâtiments successifs. Les façades, par l'expression de la structure et certains détails constructifs, ne sont pas sans rapport avec l'architecture d'A. Perret, ce qui est insolite par rapport au plan masse organique et à la volumétrie qui s'intègre dans la géographie du site. Le centre sportif est composé d'un grand corps plat semi-enterré et d'une palestre extérieure. La strucure portante de cette salle est composée de poutres précontraintes qui s'appuient côté nord sur le mur de soutènement et côté sud sur des piliers extérieurs, la façade étant largement ouverte sur l'extérieur. Il est intéresant de constater que le rythme des subdivisions des fenêtres est alterné par rapport aux piliers porteurs. Auguste Perret, que Maurice Billeter revendique comme maître, ne recourre jamais à ce disposotif, qui sera par contre largement utilisé par Le Corbusier lequel le développera jusqu'à une totale indépendance des deux systèmes.

Centre scolaire des Coteaux, à Peseux : plans d'ensemble

Ce projet, construit sur un site en pente, est divisé en plusieurs parties. Il a fait l'objet d'un développement par étapes et propose un fractionnement de la construction en fonction du programme scolaire, les différentes activités liées à l'enseignement recevant chacune un corps bâti indépendant: école générale, école ménagère, classes enfantines, gymnase. L'ensemble de la parcelle se voit ainsi structuré en diverses terrasses articulées en un système complexe de venelles, de placettes arborées et d'escaliers, dont le caractère général est organique (v. plan masse). Ce parti a le mérite d'éviter les volumétries massives et élevées, favorisant ainsi une intégration discrète dans le site et autorisant des vues panoramique ou biaises aux bâtiments successifs. Les façades, par l'expression de la structure et certains détails constructifs, ne sont pas sans rapport avec l'architecture d'A. Perret, ce qui est insolite par rapport au plan masse organique et à la volumétrie qui s'intègre dans la géographie du site. Le centre sportif est composé d'un grand corps plat semi-enterré et d'une palestre extérieure. La strucure portante de cette salle est composée de poutres précontraintes qui s'appuient côté nord sur le mur de soutènement et côté sud sur des piliers extérieurs, la façade étant largement ouverte sur l'extérieur. Il est intéresant de constater que le rythme des subdivisions des fenêtres est alterné par rapport aux piliers porteurs. Auguste Perret, que Maurice Billeter revendique comme maître, ne recourre jamais à ce disposotif, qui sera par contre largement utilisé par Le Corbusier lequel le développera jusqu'à une totale indépendance des deux systèmes.

Centre scolaire des Coteaux, à Peseux : rendu de concours (tirages)

Ce projet, construit sur un site en pente, est divisé en plusieurs parties. Il a fait l'objet d'un développement par étapes et propose un fractionnement de la construction en fonction du programme scolaire, les différentes activités liées à l'enseignement recevant chacune un corps bâti indépendant: école générale, école ménagère, classes enfantines, gymnase. L'ensemble de la parcelle se voit ainsi structuré en diverses terrasses articulées en un système complexe de venelles, de placettes arborées et d'escaliers, dont le caractère général est organique (v. plan masse). Ce parti a le mérite d'éviter les volumétries massives et élevées, favorisant ainsi une intégration discrète dans le site et autorisant des vues panoramique ou biaises aux bâtiments successifs. Les façades, par l'expression de la structure et certains détails constructifs, ne sont pas sans rapport avec l'architecture d'A. Perret, ce qui est insolite par rapport au plan masse organique et à la volumétrie qui s'intègre dans la géographie du site. Le centre sportif est composé d'un grand corps plat semi-enterré et d'une palestre extérieure. La strucure portante de cette salle est composée de poutres précontraintes qui s'appuient côté nord sur le mur de soutènement et côté sud sur des piliers extérieurs, la façade étant largement ouverte sur l'extérieur. Il est intéresant de constater que le rythme des subdivisions des fenêtres est alterné par rapport aux piliers porteurs. Auguste Perret, que Maurice Billeter revendique comme maître, ne recourre jamais à ce disposotif, qui sera par contre largement utilisé par Le Corbusier lequel le développera jusqu'à une totale indépendance des deux systèmes.

Centre scolaire des Coteaux, à Peseux : élévations (1/100)

Ce projet, construit sur un site en pente, est divisé en plusieurs parties. Il a fait l'objet d'un développement par étapes et propose un fractionnement de la construction en fonction du programme scolaire, les différentes activités liées à l'enseignement recevant chacune un corps bâti indépendant: école générale, école ménagère, classes enfantines, gymnase. L'ensemble de la parcelle se voit ainsi structuré en diverses terrasses articulées en un système complexe de venelles, de placettes arborées et d'escaliers, dont le caractère général est organique (v. plan masse). Ce parti a le mérite d'éviter les volumétries massives et élevées, favorisant ainsi une intégration discrète dans le site et autorisant des vues panoramique ou biaises aux bâtiments successifs. Les façades, par l'expression de la structure et certains détails constructifs, ne sont pas sans rapport avec l'architecture d'A. Perret, ce qui est insolite par rapport au plan masse organique et à la volumétrie qui s'intègre dans la géographie du site. Le centre sportif est composé d'un grand corps plat semi-enterré et d'une palestre extérieure. La strucure portante de cette salle est composée de poutres précontraintes qui s'appuient côté nord sur le mur de soutènement et côté sud sur des piliers extérieurs, la façade étant largement ouverte sur l'extérieur. Il est intéresant de constater que le rythme des subdivisions des fenêtres est alterné par rapport aux piliers porteurs. Auguste Perret, que Maurice Billeter revendique comme maître, ne recourre jamais à ce disposotif, qui sera par contre largement utilisé par Le Corbusier lequel le développera jusqu'à une totale indépendance des deux systèmes.

Centre scolaire des Coteaux, à Peseux : étape A : plans

Ce projet, construit sur un site en pente, est divisé en plusieurs parties. Il a fait l'objet d'un développement par étapes et propose un fractionnement de la construction en fonction du programme scolaire, les différentes activités liées à l'enseignement recevant chacune un corps bâti indépendant: école générale, école ménagère, classes enfantines, gymnase. L'ensemble de la parcelle se voit ainsi structuré en diverses terrasses articulées en un système complexe de venelles, de placettes arborées et d'escaliers, dont le caractère général est organique (v. plan masse). Ce parti a le mérite d'éviter les volumétries massives et élevées, favorisant ainsi une intégration discrète dans le site et autorisant des vues panoramique ou biaises aux bâtiments successifs. Les façades, par l'expression de la structure et certains détails constructifs, ne sont pas sans rapport avec l'architecture d'A. Perret, ce qui est insolite par rapport au plan masse organique et à la volumétrie qui s'intègre dans la géographie du site. Le centre sportif est composé d'un grand corps plat semi-enterré et d'une palestre extérieure. La strucure portante de cette salle est composée de poutres précontraintes qui s'appuient côté nord sur le mur de soutènement et côté sud sur des piliers extérieurs, la façade étant largement ouverte sur l'extérieur. Il est intéresant de constater que le rythme des subdivisions des fenêtres est alterné par rapport aux piliers porteurs. Auguste Perret, que Maurice Billeter revendique comme maître, ne recourre jamais à ce disposotif, qui sera par contre largement utilisé par Le Corbusier lequel le développera jusqu'à une totale indépendance des deux systèmes.

Centre scolaire des Coteaux, à Peseux : étape A : plans, coupes, façades (1/100)

Ce projet, construit sur un site en pente, est divisé en plusieurs parties. Il a fait l'objet d'un développement par étapes et propose un fractionnement de la construction en fonction du programme scolaire, les différentes activités liées à l'enseignement recevant chacune un corps bâti indépendant: école générale, école ménagère, classes enfantines, gymnase. L'ensemble de la parcelle se voit ainsi structuré en diverses terrasses articulées en un système complexe de venelles, de placettes arborées et d'escaliers, dont le caractère général est organique (v. plan masse). Ce parti a le mérite d'éviter les volumétries massives et élevées, favorisant ainsi une intégration discrète dans le site et autorisant des vues panoramique ou biaises aux bâtiments successifs. Les façades, par l'expression de la structure et certains détails constructifs, ne sont pas sans rapport avec l'architecture d'A. Perret, ce qui est insolite par rapport au plan masse organique et à la volumétrie qui s'intègre dans la géographie du site. Le centre sportif est composé d'un grand corps plat semi-enterré et d'une palestre extérieure. La strucure portante de cette salle est composée de poutres précontraintes qui s'appuient côté nord sur le mur de soutènement et côté sud sur des piliers extérieurs, la façade étant largement ouverte sur l'extérieur. Il est intéresant de constater que le rythme des subdivisions des fenêtres est alterné par rapport aux piliers porteurs. Auguste Perret, que Maurice Billeter revendique comme maître, ne recourre jamais à ce disposotif, qui sera par contre largement utilisé par Le Corbusier lequel le développera jusqu'à une totale indépendance des deux systèmes.

Centre scolaire des Coteaux, à Peseux : étape B : salle de gymnastique, salle de chant

Ce projet, construit sur un site en pente, est divisé en plusieurs parties. Il a fait l'objet d'un développement par étapes et propose un fractionnement de la construction en fonction du programme scolaire, les différentes activités liées à l'enseignement recevant chacune un corps bâti indépendant: école générale, école ménagère, classes enfantines, gymnase. L'ensemble de la parcelle se voit ainsi structuré en diverses terrasses articulées en un système complexe de venelles, de placettes arborées et d'escaliers, dont le caractère général est organique (v. plan masse). Ce parti a le mérite d'éviter les volumétries massives et élevées, favorisant ainsi une intégration discrète dans le site et autorisant des vues panoramique ou biaises aux bâtiments successifs. Les façades, par l'expression de la structure et certains détails constructifs, ne sont pas sans rapport avec l'architecture d'A. Perret, ce qui est insolite par rapport au plan masse organique et à la volumétrie qui s'intègre dans la géographie du site. Le centre sportif est composé d'un grand corps plat semi-enterré et d'une palestre extérieure. La strucure portante de cette salle est composée de poutres précontraintes qui s'appuient côté nord sur le mur de soutènement et côté sud sur des piliers extérieurs, la façade étant largement ouverte sur l'extérieur. Il est intéresant de constater que le rythme des subdivisions des fenêtres est alterné par rapport aux piliers porteurs. Auguste Perret, que Maurice Billeter revendique comme maître, ne recourre jamais à ce disposotif, qui sera par contre largement utilisé par Le Corbusier lequel le développera jusqu'à une totale indépendance des deux systèmes.

Centre scolaire des Coteaux, à Peseux : étape B :parties de l'ensemble : plans, coupes, élévations (1/100)

Ce projet, construit sur un site en pente, est divisé en plusieurs parties. Il a fait l'objet d'un développement par étapes et propose un fractionnement de la construction en fonction du programme scolaire, les différentes activités liées à l'enseignement recevant chacune un corps bâti indépendant: école générale, école ménagère, classes enfantines, gymnase. L'ensemble de la parcelle se voit ainsi structuré en diverses terrasses articulées en un système complexe de venelles, de placettes arborées et d'escaliers, dont le caractère général est organique (v. plan masse). Ce parti a le mérite d'éviter les volumétries massives et élevées, favorisant ainsi une intégration discrète dans le site et autorisant des vues panoramique ou biaises aux bâtiments successifs. Les façades, par l'expression de la structure et certains détails constructifs, ne sont pas sans rapport avec l'architecture d'A. Perret, ce qui est insolite par rapport au plan masse organique et à la volumétrie qui s'intègre dans la géographie du site. Le centre sportif est composé d'un grand corps plat semi-enterré et d'une palestre extérieure. La strucure portante de cette salle est composée de poutres précontraintes qui s'appuient côté nord sur le mur de soutènement et côté sud sur des piliers extérieurs, la façade étant largement ouverte sur l'extérieur. Il est intéresant de constater que le rythme des subdivisions des fenêtres est alterné par rapport aux piliers porteurs. Auguste Perret, que Maurice Billeter revendique comme maître, ne recourre jamais à ce disposotif, qui sera par contre largement utilisé par Le Corbusier lequel le développera jusqu'à une totale indépendance des deux systèmes.

Centre scolaire des Coteaux, à Peseux : étape B et C : coupes, plans, élévations (1/100)

Ce projet, construit sur un site en pente, est divisé en plusieurs parties. Il a fait l'objet d'un développement par étapes et propose un fractionnement de la construction en fonction du programme scolaire, les différentes activités liées à l'enseignement recevant chacune un corps bâti indépendant: école générale, école ménagère, classes enfantines, gymnase. L'ensemble de la parcelle se voit ainsi structuré en diverses terrasses articulées en un système complexe de venelles, de placettes arborées et d'escaliers, dont le caractère général est organique (v. plan masse). Ce parti a le mérite d'éviter les volumétries massives et élevées, favorisant ainsi une intégration discrète dans le site et autorisant des vues panoramique ou biaises aux bâtiments successifs. Les façades, par l'expression de la structure et certains détails constructifs, ne sont pas sans rapport avec l'architecture d'A. Perret, ce qui est insolite par rapport au plan masse organique et à la volumétrie qui s'intègre dans la géographie du site. Le centre sportif est composé d'un grand corps plat semi-enterré et d'une palestre extérieure. La strucure portante de cette salle est composée de poutres précontraintes qui s'appuient côté nord sur le mur de soutènement et côté sud sur des piliers extérieurs, la façade étant largement ouverte sur l'extérieur. Il est intéresant de constater que le rythme des subdivisions des fenêtres est alterné par rapport aux piliers porteurs. Auguste Perret, que Maurice Billeter revendique comme maître, ne recourre jamais à ce disposotif, qui sera par contre largement utilisé par Le Corbusier lequel le développera jusqu'à une totale indépendance des deux systèmes.

Centre scolaire des coteaux, à Peseux : étape B : détails constructifs (1/50, 1/10, 1/1)

Ce projet, construit sur un site en pente, est divisé en plusieurs parties. Il a fait l'objet d'un développement par étapes et propose un fractionnement de la construction en fonction du programme scolaire, les différentes activités liées à l'enseignement recevant chacune un corps bâti indépendant: école générale, école ménagère, classes enfantines, gymnase. L'ensemble de la parcelle se voit ainsi structuré en diverses terrasses articulées en un système complexe de venelles, de placettes arborées et d'escaliers, dont le caractère général est organique (v. plan masse). Ce parti a le mérite d'éviter les volumétries massives et élevées, favorisant ainsi une intégration discrète dans le site et autorisant des vues panoramique ou biaises aux bâtiments successifs. Les façades, par l'expression de la structure et certains détails constructifs, ne sont pas sans rapport avec l'architecture d'A. Perret, ce qui est insolite par rapport au plan masse organique et à la volumétrie qui s'intègre dans la géographie du site. Le centre sportif est composé d'un grand corps plat semi-enterré et d'une palestre extérieure. La strucure portante de cette salle est composée de poutres précontraintes qui s'appuient côté nord sur le mur de soutènement et côté sud sur des piliers extérieurs, la façade étant largement ouverte sur l'extérieur. Il est intéresant de constater que le rythme des subdivisions des fenêtres est alterné par rapport aux piliers porteurs. Auguste Perret, que Maurice Billeter revendique comme maître, ne recourre jamais à ce disposotif, qui sera par contre largement utilisé par Le Corbusier lequel le développera jusqu'à une totale indépendance des deux systèmes.

Chapelle, à Gorgier

Ce dossier artificiel contient une gouache (encadré pour une exposition) de Théophile Robert probablement concernant le projet de polychromie de la chapelle de Gorgier.

Chapelle, à Gorgier

Restauration en 1937 par Fernand D., clocher en 1951, agrandissement en 1961 par Pierre D.
Un dessin encadré se trouve dans le dossier 18.04.201b.

Concours Centre paroissial "Les Forges", à La Chaux-de-Fonds

Dossier pour un concours constitué de deux études avec plan, coupes et façades. Sans date. L'échelle est une réglette au bas des plans. Devise "LUC"

OBJET : Ce projet comporte deux bâtiments. Un premier allongé et aux extrémités en biseau accueille sacristie et espace de jeux au sous-sol, foyer, salles de réunion et cuisine au rez ainsi que des logements à l'étage. Un deuxième bâtiment est constitué par l'église (temple?) de plan circulaire et dont la couverture est un voile en béton paraboloïde s'appuyant sur trois points extérieurs. Le clocher, indépendant de l'église, est constitué de trois piliers en béton séparés avec deux poutres transversales au premier et deuxième tiers de la hauteur. Il n'y pas d'explication concernant la dénomination du projet. devise "LUC" Daté grâce au BTSR. Concours sur invitation (8). Le projet non primé d'André Gaillard est recommandé par le jury pour être confronté au 1er prix, remporté par Faessler.

Concours Collège secondaire, au Locle

Dossier de concours d'une école pour 15 classes, avec plan masse, plans, coupes et façades et détails. Echelles 1:500 / 1:200 / 1:50 / 1:20.

OBJET : Projet nommé "Forum". Socle de trois niveaux en T sur lequel vient se poser un quatrième niveau de plan carré. Conçu pour accueillir 15 classes. Selon la base de données Concours SIA, ce projet a obtenu le 2e prix. (5500.-) Ce projet voisine avec le collège des Jeannerets, réalisé antérieurement par André Gaillard.

Concours Le Locle II

  • 0143.04.0352
  • Dossier
  • 15.03.1958 - 15.03.1958
  • Fait partie de GAILLARD André

Dossier pour un concours d'urbanisme (?) contenant uniquement des plans topographiques. Echelle 1:4000. La date est celle inscrite sur l'emballage original.

OBJET : Concours documenté uniquement par des plans topographiques et l'inscription de l'emballage d'origine mentionnant "Concours Le Locle II". Ce titre ainsi que le fait que de grandes parcelles des plans topo sont coloriées suggèrent qu'il s'agit d'un concours d'urbanisme (?), auquel le bureau Gaillard n'aurait finalement pas participé. Voir "collège des Jeanneret".

Concours des Cornes Morel, à La Chaux-de-Fonds

Tubes 224 et 271. Dossier de concours complet avec plans topographiques et plans définitifs. Echelles 1:5000 / 1:1000 / 1:200 / 1:100.

OBJET : Projet dénommé L.A.Tcho. Aménagement de trois périmètres au lieu-dit les Cornes Morel entre la rue F. Courvoisier et les chemins de fer. Quartier à usages mixtes: bureaux, logements, commerces et surfaces artisanales. Pour les logements, les irrégularités du plan sont priviliégiées (avancements, redans, courbes) avec pour but de donner à chaque appartement une qualité et une intimité particulière (duplex également).

Concours pour un bâtiment d'archives, à Neuchâtel : devise "Novum Castrum"

Cet ensemble provient du cartable N° 29 ayant contenu des documents concernant probablement l'activité de Charles Brugger chez Emil Faesch, architecte à Bâle, et éventuellement chez Prince et Béguin à Neuchâtel; comprend deux planches (plans, coupes et façades) pour ce concours. La participation de Prince et Béguin ou de Charles Brugger à ce concours n'est pas attestée par les documents.

Divers projets à Genève (I)

Ce dossier contient que des perspectives microfilmées concernant divers projets:

  • centre polyvalent d'IDEA à Lisbonne (1992)
  • magasin à la Place Bel-Air à Genève (Herth Joseph 92)
  • Asen / centre commercial à Genève (1991)
  • restaurant Chausse-Coqs Chirat Marc à Genève (1992)
  • Quartier des Hallebardiers / aménagement de centre-ville (Grand Rue III) à Morges (Gabriel de Freudenreich 1991)
  • Stade de Charmille à Genève (Koechlin, Mocellin, Richardet 1991)
  • immeuble d’habitation "Crèche" à la rue de Carouge à Genève (Hermes Alain 1991)
  • immeuble d'habitation au Quai Cheval Blanc à Genève (Vasas + Albisati 1991)
  • complexe hôtelier en Antilles (Dürr Andreas1992)
  • Casino à Morges (Gabriel de Freudenreich 1992)
  • Concours Foyer Handicap (Christen 1992)
  • Tour Blavignac à Genève (VdG 1992)
  • bâtiment ICC (Kleinert 1991)
  • Hôtel Président-Wilson à Genève (Erbeia 1991)
  • Rousseau Immobilier au Clos St-André
  • immeuble d'habitation "Tulipiers" (Ardin 1991)
  • immeuble d'habitation à la rue Christiné et la rue de Carouge à Genève (J. Cerutti + D. Lafleur 1991)
  • complexe de bureau d'IDEA (Institut pour le Développement et l'Education des Adultes) à l'avenue de Sécheron à Genève (Erbeia1991)
  • immeuble des logements à l'avenue de Sécheron à Genève (Bendahan Samuel)
  • lotissement "Le Clos Charmeil" (Sibille 1991)
  • Marché en Gros à Poznan en Pologne (Radulescu, S+M 1991)
  • bâtiment SIG à Verbois (AVV)
  • avenue Eugène-Pittard à Genève (Bendahan Samuel 1991)
  • CSEM (Centre Suisse d’Électronique et de Micro-technique SA recherche et développement) à Neuchâtel (Gredig 1991)

Documentation INSA Neuchâtel

Articles dans l'INSA sur Le Locle et La Chaux-de-Fonds, intitutlé "Neuchâtel Ville et canton, Le Locle, La Chaux-de-Fonds".
Dossiers et livres :

  • Catalogue des Francs-Maçons suisses 1910-1911 : Deuxième partie comprenant toutes les Loges sauf celles de Genève/éd. par William Vogt [1912]

  • Le syndicalisme suisse : Histoire politique de l'Union syndicale 1880-1980/Philippe Garbani, Jean Schmid [1980]

  • 125e anniversaire Suchard [1951] - Nouvelle revue neuchâteloise : Faust et Le Corbusier/Marc Alb. Emery [1984]

  • Nos monuments d'art et d'histoire : Assemblée générale à Neuchâtel [1985/2]

  • Revue neuchâteloise : Guide de l'art monumental du 20e siècle dans le canton de Neuchâtel/Chantal Sandoz

  • Géographie du département du Jura/Paul Joanne [1912].

Extension de l'usine

Dossier contenant de nombreux documents dont notamment :

  • plans divers ;
  • soumissions vierges.

Extension de l'usine - 5ème étape

Dossier contenant de nombreux documents dont notamment :

  • 09 : F. Bernasconi & Cie ;
  • 10 : Geilinger S.A. Constructions métalliques ;
  • 11 : P. Borioli, charpente et bois ;
  • 12 : Hildenbrand % Cie S.A. ferblanterie - EP ;
  • 13 : F. Zwahlen couverture sheds ;
  • 14 : Société Coopérative de menuisierie façades bois ;
  • 15 : Vitrerie Schleppy ;
  • 16 : Installations électriques ;
  • 17 : Autophon S.A. installation de courant faible ;
  • 18 : Calorie S.A. installation de chauffage ;
  • 19 : installation de ventilation ;
  • 20 : Griesser S.A. stores à lamelles ;
  • 21 : A. Perrin, peinture ;
  • 22 : G. Simon, nettoyages ;
  • 23 : Hasler S.A.

Extension de l'usine - 5ème étape

Dossier contenant de nombreux documents divers dont notamment :

  • 01 : plan de classement, liste des plans ;
  • 02 : rapports chantier, procès verbaux ;
  • 03 : paiements, situations ;
  • 04 : divers, en attente ;
  • 05 : canton + ville, Neuchâtel ;
  • 06 : caractère S.A., maître de l'ouvrage ;
  • 07 : G. Cocchi, architecte ;
  • 08 : R. Hofer, ingénieur civil.

Extension du bâtiment d'exploitation 4ème étage

Dossier contenant divers documents dont notamment :

  • 01 : rapports chantiers, procès verbaux ;
  • 02 : paiements, situations ;
  • 03 : James guyot ;
  • 04 : canton + ville Neuchâtel ;
  • 05 : Caractère S.A. , maître de l'ouvrage ;
  • 06 : G. Cocchi, architecte ;
  • 07 : F. Bernasconi & Cie, maçonnerie ;
  • 08 : Geilinger SA, constructions métalliques ;
  • 09 : Zschokke, démolition
  • 10 : coop, menuiserie.

Extension du bâtiment d'exploitation 4ème étage

Dossier contenant de nombreux documents dont notamment :

  • 11 : Hildenbrand & Cie, ferblanterie ;
  • 12 : Sétimac S.A., étanchéité ;
  • 13 : Rossier S.A., électricité ;
  • 14 : Autophon S.A., téléphone ;
  • 15 : Hasler S.A., rech. personnes ;
  • 16 : Calorie S.A., chauffage - ventilation ;
  • 17 : Schindler + Schlieren SA, ascenseur ;
  • 18 : A. Brauen, serrurerie ;
  • 19 : Griesser S.A., stores ;
  • 20 : H. Hassler S.A. revêtement sols ;
  • 21 : A. Perrin, cloisons - plafonds ;
  • 22 : G. Simon, nettoyages ;
  • 23 : Cahier des charges.
    offres non retenues ;
    plans.

Extension usine

Dossier contenant de nombreux documents dont notamment :

  • plans divers.

Extension usine - 4ème étape

Dossier contenant de nombreux documents dont notamment :

  • 214 : façades, charpente bois ;
  • 214.3 : construction en bois ;
  • 214.6 : vitr. métal. serrurerie ;
  • 221 : vitrerie ;
  • 222 : ferblanterie ;
  • 224 : couvert, étanchéité ;
  • 232 : Inst. courant fort ;
  • 235 installation téléphonique ;
  • 236 : recherches de personnes ;
  • 243 : installation de chauffage ;
  • 244 : installation de ventilation ;
  • 25 : installation sanitaire.

Extension usine - 4ème étape

Dossier contenant divers documents dont notamment :

  • 276 : stores à lamelles ;
  • 281 : carrelages
  • 283 : plafonds acoustiques, sheds ;
  • 287 : nettoyage du bâtiment ;
  • 285 : peinture ;
  • 34 : installation de chauffage ;
  • 37 : aménagement intérieurs ;
  • 511 : autorisations, gabarits, taxes ;
  • 591 : frais de surveillance.

Extension usine - 4ème étape

Dossier contenant divers documents dont notamment :

  • plan de classement ;
  • 001 : maître de l'ouvrage ;
  • 003 : contrats SIA, honoraires, contrôle d'études ;
  • 004 : administratif, autorisations diverses ;
  • 005 : services des abris ;
  • 008 : ingénieurs, sondages ;
  • 010 : entreprises général. ;
  • 012 : plans financiers, devis général ;
  • 014 : Bons de paiement ;
  • 015 : rapport de chantier ;
  • 211 : maçonnerie ;
  • 213 : constructions métalliques/serrurerie.

Fabrique de ressorts d'horlogerie, à Peseux : photos

Bâtiment industriel composé e deux corps reliés par une passerelle. L'ossature de béton évoque l'architecture d'Auguste Perret. De nombreux écarts sont cependant perceptilbes par rapport au modèle du maître. Le plus frappant est l'interruption des pilastres dans leur hauteur par les corniches, en parfaite contradiction avec la notion d'abri souverain chère à Auguste Perret. Cette innovation est motivée par l'impossibilité de couler d'un coup le pilastre qui est logiquement interrompu par la tête de dalle. Cette contradiction interne du système d'Auguste Perret avait été surmontée par le maître dans la dissociation des ordres à l'intérieur d'un immeuble, les colonnes libres suportant la toiture étant dissociées strucutrellement et plastiquemement de la carcasse portante des étages. Dans le cas présent, les éléments obturés de la façade exécutés en surfaces enduites de même le cadre de baie défini par l'appuis et non par les jambages sont des interprétations de l'oeuvre de Perret.

Fabrique de ressorts d'horlogerie, à Peseux : photos

Bâtiment industriel composé e deux corps reliés par une passerelle. L'ossature de béton évoque l'architecture d'Auguste Perret. De nombreux écarts sont cependant perceptilbes par rapport au modèle du maître. Le plus frappant est l'interruption des pilastres dans leur hauteur par les corniches, en parfaite contradiction avec la notion d'abri souverain chère à Auguste Perret. Cette innovation est motivée par l'impossibilité de couler d'un coup le pilastre qui est logiquement interrompu par la tête de dalle. Cette contradiction interne du système d'Auguste Perret avait été surmontée par le maître dans la dissociation des ordres à l'intérieur d'un immeuble, les colonnes libres suportant la toiture étant dissociées strucutrellement et plastiquemement de la carcasse portante des étages. Dans le cas présent, les éléments obturés de la façade exécutés en surfaces enduites de même le cadre de baie défini par l'appuis et non par les jambages sont des interprétations de l'oeuvre de Perret.

GAILLARD André

  • 0143
  • Fonds
  • 1953-1995

Archives techniques (plans) documentant toute l'activité professionnelle d'André Gaillard.
Le fonds comprends également une collection photographique, en dépôt.

André Gaillard

Grand Hôtel Chaumont + Golf, à Neuchâtel

  • 0143.04.0266
  • Dossier
  • 06.11.1970 - 16.03.1983
  • Fait partie de GAILLARD André

Dossier comportant plans topographiques, perspectives, études plans masse, élévations, plans d'étage (dont esquisses feutre, crayon et encre), et plans du projet final (plans d'exécution?). Echelles 1:1000 / 1:500 / 1:250 / 1:200 / 1:100.

OBJET : Le projet final implique un bâtiment allongé sur 7 niveaux. Un socle de trois niveaux sur lequel repose deux unités mêlant dans leur silhouette la façade allongée rectangulaire basse, couverture plate, à des excroissances triangulaires dont la couverture est formée d'un seul versant d'une pente d'environ 45°. Deux unités plus ou moins nettement séparées. Une partie avec les éléments classiques d'un hôtel (2/3 de la surface): espaces publiques (restaurant, salons, hall), chambres individuelles, espaces de service. L'autre partie accueille des appartements, du studio au 4 pièces en duplex.

Groupe locatif La Grève, à Saint-Blaise

  • 0143.04.0268
  • Dossier
  • 19.10.1971 - 17.04.1975
  • Fait partie de GAILLARD André

Complément de dossier avec plans d'ensemble, études plans masse, de plans d'étage et élévation (esquisses feutre et encre), calculs surface, plans d'exécution du bloc A. Echelles 1:1000 / 1:500 / 1:200 / 1:100 / 1:50 / 1:20.

OBJET : Groupe de quatre bâtiments distincts. Pour les bâtiments A et B: un rez-de-chaussée avec deux logements ainsi que caves et abris, trois étages avec cinq appartements par palier et un quatrième étage avec quatre appartements, dont l'un possèdant une grande terrasse. Différence des bâtiments C et D: le quatrième étage est remplacé par un attique, avec deux appartements. Les logements: du studio au 4 pièces 1/2, en comptant la cuisine. Un premier projet, beaucoup plus ambitieux, prévoyait la construction de tout un quartier avec centre commercial, école, immeubles locatif (bâtiments bas et tours). Réalisé

Groupe locatif La Grève, à Saint-Blaise

  • 0143.04.0189
  • Dossier
  • 04.11.1971 - 14.05.1975
  • Fait partie de GAILLARD André

Dossier complet d'un groupe locatif, avec plans d'exécution et détails. Les plans d'exécution de l'immeuble A ne sont présents que sous forme de copies réduites. Egalement études plan masse et étage. Echelles1:1000 / 1:500 / 1:200 / 1:100 / 1:50 / 1:20 / 1:10 / 1:1.

OBJET : Groupe de quatre bâtiments distincts. Pour les bâtiments A et B: un rez-de-chaussée avec deux logements ainsi que caves et abris, trois étages avec cinq appartements par palier et un quatrième étage avec quatre appartements, dont l'un possèdant une grande terrasse. Différence des bâtiments C et D: le quatrième étage est remplacé par un attique, avec deux appartements. Les logements: du studio au 4 pièces 1/2, en comptant la cuisine. Un premier projet, beaucoup plus ambitieux, prévoyait la construction de tout un quartier avec centre commercial, école, immeubles locatif (bâtiments bas et tours). Réalisé

Groupe locatif du Chemin Perdu, à La Chaux-de-Fonds

  • 0143.04.0406
  • Dossier
  • 01.06.1987 - 15.05.1995
  • Fait partie de GAILLARD André

Tubes 258, 259 et 261. Six rouleaux (trois petits et trois grands formats). Dossier concernant principalement les immeubles A et E du groupe locatif du Chemin Perdu, avec plans d'ensemble, études, plans d'exécution et détails. Echelles 1:500 / 1:100 / 1:50 / 1:20 / 1:10 / 1:5 / 1:2.

OBJET : Groupe de plusieurs immeubles locatifs, le projet en comptant dix à la base (A à J). Seuls deux paraissent être décrits de manière approfondie et sont peut-être les seuls à avoir été réalisés (A et E). Immeubles allongés aux extrémités en biseau. Immeuble A: Un sous-sol, un rez inférieur, un rez supérieur, 3 étages. Trois cages d'escalier avec deux appartements par palier. Logements de 3 à 4 pièces sans la cuisine, tous traversant, avec balcon. Ce projet succède à l'opération Beaumont.

HAEFELI Georges-Jacques

  • 0178
  • Fonds
  • 1960-2008

Archives techniques (surtout dessins sur papier calque), documentant les objets les plus importants (projets, exécutions et concours) de la production de Georges-Jacques Haefeli, entre 1960 et 2008.
On y retrouve notamment la Cité universitaire de Neuchâtel, le Musée international de l'horlogerie, le quartier de la Recorne, la restauration et l'agrandissement du Musée des beaux-arts et le centre culturel ABC, à La Chaux-de-Fonds, le Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge à Genève, le home pour personnes âgées de Reconviliers, l'établissement scolaire du Noirmont.

Georges-Jacques Haefeli

Hall-salon M. Gabus

  • 0001.04.0751/52
  • Pièce
  • 08.02.1918
  • Fait partie de HELD

hall : perspective

Home - La Residence, Le Locle

  • 0001.04.0815
  • Dossier
  • 08.09.1982 - 21.09.1982
  • Fait partie de HELD

Plusieurs tirages héliographiques: porte, paroi, salle polyvalente. (Poncif)

Hôtel Du Peyrou, à Neuchâtel : contrecalques de la façade et un relevé

deux contrecalques de la façade et un relevé. L'hôtel Du Peyrou est le plus beau palais urbain de Neuchâtel, révélateur de l'influence du classicisme dans cette ville aux 17e et 18e siècles. La coupe est intéressante, avec une adaptation très sensible au sol en forte dénivellation à cet endroit. Dans les environs subsiste l'orangerie et une portion du parc aujourd'hui transformé en jardin urbain. Le reste à été loti.

Hôtel Du Peyrou, à Neuchâtel : plans (tirages)

tirages sur papier des plans de ce palais du XVIIIe. L'hôtel Du Peyrou est le plus beau palais urbain de Neuchâtel, révélateur de l'influence du classicisme dans cette ville aux 17e et 18e siècles. La coupe est intéressante, avec une adaptation très sensible au sol en forte dénivellation à cet endroit. Dans les environs subsiste l'orangerie et une portion du parc aujourd'hui transformé en jardin urbain. Le reste à été loti.

Hôtel Du Peyrou, à Neuchâtel : plans, coupes et façades

plans, coupes et façades (1/50) pour la restauration de ce palais, élévations montrant les pierres à remplacer. L'hôtel Du Peyrou est le plus beau palais urbain de Neuchâtel, révélateur de l'influence du classicisme dans cette ville aux 17e et 18e siècles. La coupe est intéressante, avec une adaptation très sensible au sol en forte dénivellation à cet endroit. Dans les environs subsiste l'orangerie et une portion du parc aujourd'hui transformé en jardin urbain. Le reste à été loti.

Hôtel de Ville, à Le Le Locle

  • 0001.04.0032
  • Dossier
  • 1916
  • Fait partie de HELD

Détail fronton sur porte. Dossier assez complet avec détails grandeur nature, boiseries, plafonds, décors, armoirie

Immeuble "Le serpent", à St-Blaise : coupe, détails, plan d'étage-type

1 coupe (1/50) et détails d'escalier (1/20), 1 plan d'étage-type comprenant par palier un appartement de 3 pièces et un autre de 4 pièces, ainsi qu'un plan de sous-sol (1/200). Ce bâtiment est une barre de logement qui présente deux incurvations, en forme de S. Cette volumétrie n'est pas sans évoquer certains bâtiments de Niemeyer, l'hôtel de Funchal à Madère en particulier. Cette référence de villégiature n'est d'ailleurs pas étrangère à la façade sud composée de loggias en continu orientées vers le lac. Les pilotis du rez-de-chaussée évoquent, dans le même esprit, un grand hall. Par contre, la typologie des appartements révèle un souci d'économie des surfaces, notamment des surfaces de circulation. Le plan est marqué par un couloir central qui distribue d'une part les chambres et d'autre part le séjour et la cuisine. Les locaux de services, tels que salle de bain et réduit, ou cage d'escalier et ascenseurs, épaississent l'immeuble en son centre. Bien que rationnelles, ces dispositions sont néanmoins caractéristiques d'une opération immobilière de rentabilité; les appartements semblent avoir été vendus en copropriété.

Immeuble "Le serpent", à St-Blaise : photo

Tirage de photo sur bois. Ce bâtiment est une barre de logement qui présente deux incurvations, en forme de S. Cette volumétrie n'est pas sans évoquer certains bâtiments de Niemeyer, l'hôtel de Funchal à Madère en particulier. Cette référence de villégiature n'est d'ailleurs pas étrangère à la façade sud composée de loggias en continu orientées vers le lac. Les pilotis du rez-de-chaussée évoquent, dans le même esprit, un grand hall. Par contre, la typologie des appartements révèle un souci d'économie des surfaces, notamment des surfaces de circulation. Le plan est marqué par un couloir central qui distribue d'une part les chambres et d'autre part le séjour et la cuisine. Les locaux de services, tels que salle de bain et réduit, ou cage d'escalier et ascenseurs, épaississent l'immeuble en son centre. Bien que rationnelles, ces dispositions sont néanmoins caractéristiques d'une opération immobilière de rentabilité; les appartements semblent avoir été vendus en copropriété.

Immeuble "Le serpent", à St-Blaise : photo

Tirage de photo sur bois. Ce bâtiment est une barre de logement qui présente deux incurvations, en forme de S. Cette volumétrie n'est pas sans évoquer certains bâtiments de Niemeyer, l'hôtel de Funchal à Madère en particulier. Cette référence de villégiature n'est d'ailleurs pas étrangère à la façade sud composée de loggias en continu orientées vers le lac. Les pilotis du rez-de-chaussée évoquent, dans le même esprit, un grand hall. Par contre, la typologie des appartements révèle un souci d'économie des surfaces, notamment des surfaces de circulation. Le plan est marqué par un couloir central qui distribue d'une part les chambres et d'autre part le séjour et la cuisine. Les locaux de services, tels que salle de bain et réduit, ou cage d'escalier et ascenseurs, épaississent l'immeuble en son centre. Bien que rationnelles, ces dispositions sont néanmoins caractéristiques d'une opération immobilière de rentabilité; les appartements semblent avoir été vendus en copropriété.

Immeuble "Le serpent", à St-Blaise : photos

Ce bâtiment est une barre de logement qui présente deux incurvations, en forme de S. Cette volumétrie n'est pas sans évoquer certains bâtiments de Niemeyer, l'hôtel de Funchal à Madère en particulier. Cette référence de villégiature n'est d'ailleurs pas étrangère à la façade sud composée de loggias en continu orientées vers le lac. Les pilotis du rez-de-chaussée évoquent, dans le même esprit, un grand hall. Par contre, la typologie des appartements révèle un souci d'économie des surfaces, notamment des surfaces de circulation. Le plan est marqué par un couloir central qui distribue d'une part les chambres et d'autre part le séjour et la cuisine. Les locaux de services, tels que salle de bain et réduit, ou cage d'escalier et ascenseurs, épaississent l'immeuble en son centre. Bien que rationnelles, ces dispositions sont néanmoins caractéristiques d'une opération immobilière de rentabilité; les appartements semblent avoir été vendus en copropriété.

Immeuble "Le serpent", à St-Blaise : vue

1 prise de vue en contre-plongée. Ce bâtiment est une barre de logement qui présente deux incurvations, en forme de S. Cette volumétrie n'est pas sans évoquer certains bâtiments de Niemeyer, l'hôtel de Funchal à Madère en particulier. Cette référence de villégiature n'est d'ailleurs pas étrangère à la façade sud composée de loggias en continu orientées vers le lac. Les pilotis du rez-de-chaussée évoquent, dans le même esprit, un grand hall. Par contre, la typologie des appartements révèle un souci d'économie des surfaces, notamment des surfaces de circulation. Le plan est marqué par un couloir central qui distribue d'une part les chambres et d'autre part le séjour et la cuisine. Les locaux de services, tels que salle de bain et réduit, ou cage d'escalier et ascenseurs, épaississent l'immeuble en son centre. Bien que rationnelles, ces dispositions sont néanmoins caractéristiques d'une opération immobilière de rentabilité; les appartements semblent avoir été vendus en copropriété.

Immeuble Runtal, à Neuchâtel : photos

Cet immeuble locatif abrite des fonctions multiples. Sa façade principale révèle l'organisation du bâtiment: au rez elle est en retrait pour ménager un abri devant l'entrée, à l'entresol elle est percée d'ouvertures répétitives selon un module de fenêtre régulier et vertical, aux quatre étages supérieurs des loggias prolongent extérieurement les logements sur la longueur de l'immeuble, à l'exception de volumes pleins qui sont des réduits. Les têtes de dalle et les garde-corps de béton suspendus marquent des lignes horizontales. L'originalité, et peut-être la modernité de cet immeuble réside dans le parti-pris radioscopique d'expression honnête de la diversité des fonctions intérieures superposées, sans aucune recherche d'élément unificateur en façade.

Immeuble Runtal, à Neuchâtel : photos

Cet immeuble locatif abrite des fonctions multiples. Sa façade principale révèle l'organisation du bâtiment: au rez elle est en retrait pour ménager un abri devant l'entrée, à l'entresol elle est percée d'ouvertures répétitives selon un module de fenêtre régulier et vertical, aux quatre étages supérieurs des loggias prolongent extérieurement les logements sur la longueur de l'immeuble, à l'exception de volumes pleins qui sont des réduits. Les têtes de dalle et les garde-corps de béton suspendus marquent des lignes horizontales. L'originalité, et peut-être la modernité de cet immeuble réside dans le parti-pris radioscopique d'expression honnête de la diversité des fonctions intérieures superposées, sans aucune recherche d'élément unificateur en façade.

Immeuble et garage, à La Chaux-de-Fonds : dossier d'exécution

Dossier d'exécution. Coupes très intéressante, études en perspective de la rotonde, plans d'exécution (2 boîtes). Cet immeuble très intéressant dans l'œuvre de Antognini est une de ses réalisation les plus puristes en regard de l'enseignement de Perret : squelette béton, colonnes cannelées et fuselées, corniches, pilastres, rotonde néo-classique. Nombreuses similitudes avec les immeubles résidentiels de la cité paroissiale du Christ-Roi à Pérolles, Fribourg projetée par Honegger et à laquelle Antognini a été associé pour la surveillance de l'exécution. L'immeuble de la Chaux-de-Fonds est peut-être un prototype si la réalisation est antérieure à celle des immeubles du Christ-Roi. Le maître de l'ouvrage est la société immobilière "rue Léopold-Robert 17 SA" représentée par Monsieur Charles Koller. Une coupole de 14 m de diamètre permet la solution des circulations des ateliers et des postes de travail. La différence de niveau du sous-sol et du rez autorise le double garage.

Résultats 1 à 100 sur 307