Milvignes

Référentiel

Code

Note(s) sur la portée et contenu

Note(s) sur la source

Note(s) d'affichage

Termes hiérarchiques

Milvignes

Terme générique Neuchâtel (Canton)

Milvignes

Termes équivalents

Milvignes

Termes associés

Milvignes

10 Description archivistique results for Milvignes

Varia [6] : villas

  • 0024.04.0086
  • Dossier
  • 10.1932-06.1962
  • Fait partie de CORNAZ Jack

Plusieurs objets :
– Grand Denantou (3 plans d'exécution),
– villa Piguet (nombreux documents d'avant-projet),
– projet de maison pour la comtesse Fleurieu (nov. 1960),
– projet de porte pour le château de Bardonnex,
– propriété de H. Giraud,
– plans de transformation pour M. Périllard, avenue des Mousquines 28 (plans de rue Stoll arch.),
– plan de Ed. Calame, concernant la maison Marcel Grisel, à Auvernier, s.d.
– Maison de Monsieur R. Guex, à Ecublens, détail toit sur porte d'entrée (1:10), 19.2.1931
Stratification visible du projet Piguet en trois variantes que Jack Cornaz propose systématiquement à ses commanditaires.
Nombreux calques non datés ni signés.

Villa Marcel Grisel, à Auvernier

  • 0024.04.0127
  • Dossier
  • 07.1961-04.1963
  • Fait partie de CORNAZ Jack

Dossier complet, projet et exécution, études et plans de détail : coupes en long et en travers, façade ouest et sud, plans du sous-sol, du rez-de-chaussée, des combles (1er étage), plans au 1:10 des lucarnes, escaliers, détails grandeur des moulures intérieures et extérieures, embrasures avec spécification des matériaux, dallage.
3 calques et des esquisses d'un avant-projetportant l'indication "Noiraigue" [alors lieu de résidence du maître de l'ouvrage].
Chronologiquement, les premiers documents portent l'indication Noiraigue (7.61) puis Auvernier (à partir de 10.61).
Héliographies de plans, détails et plans de situation pour le projet d'Auvernier.
Dessinateur Pi.
2 plans de situation d'Auvernier portent le timbre Ed[ouard] Calame architecte à Neuchâtel.
Quel lien avec Jack Cornaz?

Objet : Plan au sol en U, le ressaut des ailes sert à définir des courettes. Un niveau sur sous-sol, deux pièces habitables dans les combles. Ordonnances nord et sud symétriques, vue traversante (à travers le hall et le salon). Les sanitaires et la cuisine sont placés sur l'axe longitudinal (est-ouest). Vocabulaire ornemental habituel : urnes faîtières, balustrades en fer forgé...

Maison Roger Bader, à Auvernier : photos

Cette maison, construite dans le voisinnage immédiat du bourg médiéval, est un pavillon dont la volumétrie évoque un bungalow. L'habitation se développe sur un seul niveau, elle est couverte d'une toiture à deux pans inversés. Les façades de la partie séjour sont largement ouvertes, les grandes baies vitrées toute hauteur sont protégées par un auvent car elles sont disposées en retrait de la ligne définie par la limite du toit. Les fenêtres standardisées des chambres sont détachées des pans de murs crépis par le linteau suspendu et le contrecoeur de béton qui en font des blocs structurellement indépendants dans le but d'éviter les fissures qui apparaissent habituellement à ces endroits stratégiques avec une mise en oeuvre de maçonnerie traditionnelle où les fenêtres sont construites comme des percements dans l'appareil continu.

Maison Roger Bader, à Auvernier : photos

Cette maison, construite dans le voisinnage immédiat du bourg médiéval, est un pavillon dont la volumétrie évoque un bungalow. L'habitation se développe sur un seul niveau, elle est couverte d'une toiture à deux pans inversés. Les façades de la partie séjour sont largement ouvertes, les grandes baies vitrées toute hauteur sont protégées par un auvent car elles sont disposées en retrait de la ligne définie par la limite du toit. Les fenêtres standardisées des chambres sont détachées des pans de murs crépis par le linteau suspendu et le contrecoeur de béton qui en font des blocs structurellement indépendants dans le but d'éviter les fissures qui apparaissent habituellement à ces endroits stratégiques avec une mise en oeuvre de maçonnerie traditionnelle où les fenêtres sont construites comme des percements dans l'appareil continu.

Maison Roger Bader, à Auvernier : photo

Une photo sur bois. Cette maison, construite dans le voisinnage immédiat du bourg médiéval, est un pavillon dont la volumétrie évoque un bungalow. L'habitation se développe sur un seul niveau, elle est couverte d'une toiture à deux pans inversés. Les façades de la partie séjour sont largement ouvertes, les grandes baies vitrées toute hauteur sont protégées par un auvent car elles sont disposées en retrait de la ligne définie par la limite du toit. Les fenêtres standardisées des chambres sont détachées des pans de murs crépis par le linteau suspendu et le contrecoeur de béton qui en font des blocs structurellement indépendants dans le but d'éviter les fissures qui apparaissent habituellement à ces endroits stratégiques avec une mise en oeuvre de maçonnerie traditionnelle où les fenêtres sont construites comme des percements dans l'appareil continu.

Maison Roger Bader, à Auvernier : photo

Une photo sur bois. Cette maison, construite dans le voisinnage immédiat du bourg médiéval, est un pavillon dont la volumétrie évoque un bungalow. L'habitation se développe sur un seul niveau, elle est couverte d'une toiture à deux pans inversés. Les façades de la partie séjour sont largement ouvertes, les grandes baies vitrées toute hauteur sont protégées par un auvent car elles sont disposées en retrait de la ligne définie par la limite du toit. Les fenêtres standardisées des chambres sont détachées des pans de murs crépis par le linteau suspendu et le contrecoeur de béton qui en font des blocs structurellement indépendants dans le but d'éviter les fissures qui apparaissent habituellement à ces endroits stratégiques avec une mise en oeuvre de maçonnerie traditionnelle où les fenêtres sont construites comme des percements dans l'appareil continu.

Maison Roger Bader, à Auvernier : plans et coupes (1/50), esquisses

Cette maison, construite dans le voisinnage immédiat du bourg médiéval, est un pavillon dont la volumétrie évoque un bungalow. L'habitation se développe sur un seul niveau, elle est couverte d'une toiture à deux pans inversés. Les façades de la partie séjour sont largement ouvertes, les grandes baies vitrées toute hauteur sont protégées par un auvent car elles sont disposées en retrait de la ligne définie par la limite du toit. Les fenêtres standardisées des chambres sont détachées des pans de murs crépis par le linteau suspendu et le contrecoeur de béton qui en font des blocs structurellement indépendants dans le but d'éviter les fissures qui apparaissent habituellement à ces endroits stratégiques avec une mise en oeuvre de maçonnerie traditionnelle où les fenêtres sont construites comme des percements dans l'appareil continu.

Villa M. Gorgerat, à Colombier (NE)

  • 0143.04.0270
  • Dossier
  • 29.03.1982 - 15.07.1982
  • Fait partie de GAILLARD André

Tubes 212 et 260. Dossier complet avec plans d'exécution. Certains plans définitifs ne sont conservés que sous forme de copies réduites. Echelles 1:500 / 1:200 / 1:100 / 1:50 / 1:20

OBJET : Villa sur trois niveau au bord du lac de Neuchâtel: un sous-sol n'occupant qu'un tiers de la surface (abri et caves), un rez-de-chaussée avec trois unités de vie (deux chambres à l'arrière, une chambre sur le côté avec accès à une terrasse, et enfin l'espace commun: coin feu, séjour-salle à manger avec accès à la terrasse principale et cuisine sur le côté), un étage avec uniquement une galerie donnant sur le séjour et avec accès à une petite terrasse. Une galerie couverte fait le lien entre l'entrée de la villa et l'entrée de la propriété où se situe un garage pour deux voitures. Couveture à deux versants, dont la continuité est brisée par une rupture de pente à l'emplacement où aurait dû se situer le faîte.